prémisse


prémisse

prémisse [ premis ] n. f.
• 1310; lat. præmissa (sententia) « (proposition) mise en avant »
1Log. Chacune des deux propositions placées normalement au début d'un raisonnement et dont on tire la conclusion. Axiome constituant l'une des prémisses d'un raisonnement.
2Cour. Fait d'où découle une conséquence, affirmation dont on tire une conclusion; commencement d'un exposé, d'une démonstration. Ces deux faits « devaient être les prémisses de l'attentat actuel » (Balzac).
⊗ CONTR. Conclusion, conséquence. ⊗ HOM. Prémices.

prémisse nom féminin (latin praemissus, de praemittere, annoncer d'avance) Chacune des deux premières propositions, la majeure et la mineure, d'un syllogisme (s'emploie surtout au pluriel, pour exprimer l'ensemble de ces deux propositions). Proposition, fait, d'où découle quelque conséquence. ● prémisse (citations) nom féminin (latin praemissus, de praemittere, annoncer d'avance) Samuel Butler Langar, Nottinghamshire, 1835-Londres 1902 La vie est l'art de tirer des conclusions suffisantes de prémisses insuffisantes. Life is the art of drawing sufficient conclusions from insufficient premises. Notebooks prémisse (difficultés) nom féminin (latin praemissus, de praemittere, annoncer d'avance) Sens. et orthographe Ne pas confondre ces deux mots qui se prononcent de la même façon. 1. Les prémices, avec un c (toujours au pluriel) = les premières manifestations, les débuts de qqch. Les prémices de l'automne, d'une crise. 2. Une prémisse, avec deux s = en logique, chacune des deux premières propositions d'un syllogisme ; par extension, proposition ou fait d'où découle une conséquence. Contester les prémisses mêmes d'un raisonnement ; ces négligences ont constitué les prémisses de l'accident. ● prémisse (homonymes) nom féminin (latin praemissus, de praemittere, annoncer d'avance) prémices nom féminin pluriel

prémisse
n. f.
d1./d LOG Chacune des deux premières propositions (majeure et mineure) d'un syllogisme, dont on tire la conclusion.
d2./d Par ext. Argument, proposition dont découle une conclusion; fondement d'un raisonnement.
Fait considéré dans les conséquences qu'il entraîne.

⇒PRÉMISSE, subst. fém.
Le plus souvent au plur.
A.LOG. Chacune des deux propositions, majeure et mineure, d'un syllogisme, d'un raisonnement. Le syllogisme est un raisonnement composé de deux prémisses et d'une conclusion (J.-J. AMPÈRE, Corresp., 1818, p.154). Le Rapport motif-décision est plus vaste que le rapport de prémisses à conséquence dans un raisonnement pratique (RICOEUR, Philos. volonté, 1949, p.68).
B. —Proposition, affirmation entrant dans une démonstration dont on tire une conclusion. Dans un grand nombre d'affections nerveuses, dans les hystéries, les névroses d'angoisse, les névroses obsessionnelles, nos prémisses se montrent justes (FREUD, Introd. psychanal., trad. par S. Jankélévitch, 1959 [1922], p.468). Si l'on n'accepte pas ces prémisses, la définition de la sociologie de Von Wiese ne conduit à aucune clarification (Traité sociol., 1967, p.6).
Prémisse de + subst. Point de départ, condition première d'un phénomène. Dieu est meilleur que vous, mon enfant, reprit le père avec des caresses dans la voix. Si j'en juge par le présent, il vous offre les prémisses d'un superbe avenir (ESTAUNIÉ, Empreinte, 1896, p.197). Mais dès le 8 août, jour où j'avais été pressenti sur les prémisses de ce nouveau projet, j'y coupai court (JOFFRE, Mém., t.2, 1931, p.313).
Prononc. et Orth.:[]. Homon. prémices. Ac. 1694, 1718: premisses (subst. fém. plur.); dep. 1740: prémisses. Étymol. et Hist.1. 1310 log. (GERVAIS DU BUS, Fauvel, éd. A.Langfors, 1362); 2. ca 1350 «avertissement, condition» (ds G. ESPINAS, La vie urbaine de Douai au moyen-âge, IV, 705 ds Fonds BARBIER); 1841 «fait d'où découle une conséquence» (BALZAC, Tén. affaire, p.190). Empr. au lat. scolast. praemissa (XIIIes. «la prémisse d'un syllogisme» ds BLAISE Latin. Med. Aev.), du lat. praemittere «envoyer devant ou préalablement». Fréq. abs. littér.:166.

prémisse [pʀemis] n. f.
ÉTYM. V. 1320; lat. præmissa (sententia) « (proposition) mise en avant ».
1 Log. Chacune des deux propositions (la majeure et la mineure) placées normalement au début d'un raisonnement ( Démonstration, syllogisme) et dont on tire la conclusion. Hypothèse, principe.REM. Le mot est presque uniquement employé au pluriel. — Syllogisme dont l'une des prémisses est sous-entendue. Enthymème. || Axiome constituant l'une des prémisses d'un raisonnement.
2 (V. 1350). Cour., mais style soutenu. Fait d'où découle une conséquence (→ Accident, cit. 4), affirmation dont on tire une conclusion; commencement d'un exposé, d'une démonstration.
1 Ces deux faits, dont l'un était la conséquence de l'autre, devaient être les prémisses de l'attentat actuel (…)
Balzac, Une ténébreuse affaire, Pl., t. VIII, p. 572.
2 À mesure que je vous comprends mieux, il me paraît davantage que votre conclusion déborde sensiblement vos prémisses.
Gide, Corydon, IIe dialogue.
CONTR. Conclusion, conséquence.
HOM. Prémices.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Premisse — Prémisse  Pour l’article homophone, voir prémices. Une prémisse est une proposition, considérée comme évidente par elle même ou démontrée dans un autre raisonnement, à partir de laquelle on déduit une conclusion. Dans un syllogisme, les deux …   Wikipédia en Français

  • Prémisse —  Pour l’article homophone, voir prémices. Une prémisse est une proposition, considérée comme évidente par elle même ou démontrée dans un autre raisonnement, à partir de laquelle on déduit une conclusion. Dans un syllogisme, les deux… …   Wikipédia en Français

  • prémisse — prielaida statusas T sritis fizika atitikmenys: angl. assumption; premise; supposition vok. Annahme, f; Prämisse, f; Voraussetzung, f rus. допущение, n; предположение, n; предпосылка, f pranc. prémisse, f; présupposition, f; supposition, f …   Fizikos terminų žodynas

  • Prémisse —    см. Предпосылка …   Философский словарь Спонвиля

  • Prémisses — Prémisse  Pour l’article homophone, voir prémices. Une prémisse est une proposition, considérée comme évidente par elle même ou démontrée dans un autre raisonnement, à partir de laquelle on déduit une conclusion. Dans un syllogisme, les deux …   Wikipédia en Français

  • Syllogisme — En logique aristotélicienne, le syllogisme est un raisonnement logique à deux propositions (également appelées prémisses) conduisant à une conclusion qu Aristote a été le premier à formaliser. Par exemple, Tous les hommes sont mortels, or Socrate …   Wikipédia en Français

  • Copule (logique) — Syllogisme En logique aristotélicienne, le syllogisme est un raisonnement logique à deux propositions (également appelées prémisses) conduisant à une conclusion qu Aristote a été le premier à formaliser. Par exemple, Tous les hommes sont mortels …   Wikipédia en Français

  • Exemples De Syllogismes De La Deuxième Figure — Syllogisme En logique aristotélicienne, le syllogisme est un raisonnement logique à deux propositions (également appelées prémisses) conduisant à une conclusion qu Aristote a été le premier à formaliser. Par exemple, Tous les hommes sont mortels …   Wikipédia en Français

  • Exemples De Syllogismes De La Première Figure — Syllogisme En logique aristotélicienne, le syllogisme est un raisonnement logique à deux propositions (également appelées prémisses) conduisant à une conclusion qu Aristote a été le premier à formaliser. Par exemple, Tous les hommes sont mortels …   Wikipédia en Français

  • Exemples De Syllogismes De La Quatrième Figure — Syllogisme En logique aristotélicienne, le syllogisme est un raisonnement logique à deux propositions (également appelées prémisses) conduisant à une conclusion qu Aristote a été le premier à formaliser. Par exemple, Tous les hommes sont mortels …   Wikipédia en Français